Elie Pressmann

 pressmann01  ELIE PRESSMANN                 l'interview                                  son site internet

 

 le mot d'Elie Pressmann - édition 2012

« J’ai le plaisir de parrainer à nouveau au nom des Ecrivains Associés du Théâtre ce deuxième festival du théâtre de Forges les Eaux.
Cette année je suis en compagnie de Dominique Chryssoulis également membre des EAT.
A nous deux nous conjuguerons nos forces pour vous convaincre si besoin est, de la nécessité et du plaisir d’incarner l’écriture théâtrale contemporaine.
Je souhaite bon courage à Anne-Pascale Patris et bon vent à tous les aventuriers et amoureux du Théâtre !
Cordialement. »

 Elie Pressmann est né en 1933 à Paris de parents émigrés de Russie dans les années 20. A 15 ans, il interrompt ses études et entre dans la vie active à la suite de la déportation de sa mère.
Après sept ans d'ateliers dans tous les métiers de la confection puis de la chapellerie, accompagnés parallèlement de velléités d'expression artistique à travers le piano, la danse et la céramique, il s'initie finalement à l'art dramatique aux écoles Charles Dullin, Jacques Lecoq et Jean Lumière. "Trois années de bonheur et de découverte avec le geste, la parole et le lyrique."
Comédien entre 1958 et 1969, il travaille notamment avec Jean Vilar dont il est l'assistant, Georges Wilson, Roger Planchon, Jacques Rosner, Antoine Bourseiller, Sacha Pitoëff.
La rencontre  avec Albert Camus lors d'une audition pour Caligula, ou celle avec Jean Vilar et l'aventure du T.N.P ont un rôle déterminant dans son désir d'écrire pour le théâtre. La révélation très jeune de l'art de la transposition littéraire à travers ses lectures de La Métamorphose de Franz Kafka ou de Murphy de Samuel Beckett a sans doute eu une incidence plus profonde encore dans son parcours d'auteur dramatique. Il vient d'abord à l'écriture en composant une vingtaine de chansons qu'il interprète dans les cabarets "rive gauche" de 1964 à 1966.
Depuis 1966, date de sa première pièce "L'Oisellerie", encouragé par Jean Tardieu, Elie Pressmann écrit régulièrement pour le théâtre, le cinéma et la télévision. Il est l'auteur d'une quinzaine de pièces et co-signe des scénarios tournés par Peter Kassovitz et Michel Vianey : Au bout du bout du banc, Mariage blanc, A Deux Pas du paradis etc, et aborde l'écriture romanesque avec La Vague alarme (1980). En 1982, il obtient une bourse de création du Centre National du Livre pour L'Autre, et en 1995 pour Parlez-moi d'amour. En 1996, il est invité en résidence à la Chartreuse où il rencontre et fraternise avec Patrick Kermann et Didier-Georges Gabily. Plusieurs de ses textes passent sur France Culture. Il est joué au Portugal, à New York, au Japon...
Entre 1970 et 1987, édité chez Stock et Albin Michel, il exerce parallèlement à ses activités d'écrivain, la profession de directeur administratif et des ressources humaines dans des cabinets de conseils juridiques internationaux. Au retour d'un pélerinage à Auschwitz en 1999, écrit "L'Inconnue en rouge et noir", genre indéterminé entre monologue et roman. (Editions de l'Amandier)
Puis revient à l'écriture dramatique avec "Quel temps est-il ?" 2002, "Vlan !" 2004, "Le Bout du Monde" 2008
Une intégrale de son théâtre est éditée en quatre volumes entre 2005 et 2007 aux éditions Les Impressions Nouvelles. Participe en 2000 à la création de l'association d'auteurs les EAT dont il est vice président de 2006 à 2011. Edite aux Editions de l'Amandier en 2007 un recueil d'aphorismes , "Pense-Bête et Pense-Homme" , enrichi et réédité en 2008 .
Ecrit en 2011 un monologue à la troisième personne sur des souvenirs de la deuxième guerre mondiale, intitulé :"Un petit garçon" édité aux Editions de l'Amandier en mars 2012

 

un petit garçon 1un petit garçon 2